Nos récits

Birmanie Express

 Le Myanmar fut plus qu’un coup de coeur. Dès notre arrivée, nous avons ressenti un bien-être, une accalmie…un souffle nouveau aux touches asiatiques. Ce qui fait la force de ce pays outre les endroits fabuleux, ce sont les gens qui ont une lueur de bonté aux fonds de leurs yeux. Les personnes rencontrées nous ont ainsi touchés par leur simplicité, leur vécu parfois difficile, mais c’est par leur sourire perpétuel que le peuple birman nous a charmés. Que ce soit le vieillard qui nous préparait des pâtes fraîches sous l’oeil rieur de son fils, des gamines chantant les airs populaires du lever au coucher du soleil, des matriarches aux cheveux blancs et aux ridules parsemant leur visage candide, témoignage d’une vie de labeurs…ou de ces beautés brutes aux cheveux noir jais et aux joues colorés de pâtes jaunes, tous nous ont accueillis par leur non verbal contagieux…..le SOURIRE!

long cheveux

Et c’est par la promenade en bicyclette que nous avons pu découvrir l’ensemble de ces merveilles humaines et architecturales…Nous choisîmes alors entre ces bicyclettes anciennes aux douces courbes des modèles de nos parents, gonflâmes les pneus et se laissâmes guider par une quelconque route de campagne…Nos ballades nous ont ainsi amenés à travers la vaste cité poussiéreuse de Bagan, où des milliers de pagodes jadis recouvertes d’or y cachent toujours des bouddhas compatissants (Plus bel endroit au monde selon les récits de Marco Polo). Nous traversâmes aussi des villages dont la simplicité ne sembla guère avoir changée depuis soixante ans…et pédalant sur les berges du lac Inlé, nous pûmes observer des pêcheurs équilibristes pagayant à l’aide de leur jambe. Nous pédalions ainsi, heureux à travers ces images hypnotisantes de vie campagnarde et de pagodes caressant le ciel.

ohoh

…et de ces vieux monastères de bois aux bouddhas géants allongés au sourire serein….de ces jardins flottants où les tomates y ont choisi de pousser aux maisons sur pilotis, de ces enfants s’élançant de leurs galeries afin de prendre leur bain aux jolies Birmanes roulant les cigares…de la beauté de l’art birman…à la rencontre de femmes-girafes….de ces véritables défilés de moines rouges allant quérir leur déjeuner à l’ambition des gens de tenir l’harassement à l’écart…Le Myanmar peut s’avérer encore intact.

...grandeur..

Et comment décrire le Myanmar sans évoquer le trésor de Yangon; la géante, la Babel des bouddhistes, l’eldorado d’or….la pagode de Shwedagon! Peu de bâtiment au monde peut offrir une telle magnificence. De par son gigantisme, de ses feuilles d’or la recouvrant, des pierres précieuses ornant son sommet, c’est par la puissance de son ensemble qu’elle est grandiose. Nous avons passé près de six heures à l’admirer de toutes ses facettes, à écouter les femmes chantonner des mantras, à flairer l’encens et à tenter de communiquer avec les pèlerins. Jamais nous n’oublierons la brillance de la Shwedagon…de Bagan…du Lac Inlé…

...

...

Laisser un message

Les champs marqués d'un * sont obligatoires