Nos récits

Concerto à la Villa

Avant tout, nous remercions tous ceux qui ont voté pour nous en ce qui concerne le concours du meilleur blog voyage de l’année. Grâce à vous, notre site a été élu meilleur blog de voyage du mois de novembre par la revue Marie Claire France. Nous sommes donc maintenant finalistes et espérons pouvoir continuer à émerveiller les voyageurs. Nous vous souhaitons tous par le fait même une merveilleuse année 2013 remplie d’amour, de santé, de carrés d’agneaux au romarin (ou figues pour certains) et de projets. Ayez le goût de vivre !  

Nous voilà au repos…En fait nous avons décidé de se poser quelque temps sur l’île de Bali, près d’Ubud, centre culturel et artistique de l’île. Pour cela, nous y avons loué une charmante villa de Tek datant de plus de 150 ans ! C’est une Joglo, une maison javanaise rappelant la forme d’un volcan. À l’écart de la route et nichée en plein coeur de rizières, la villa dégage une belle sérénité ! Le chemin s’y rendant est quant à lui tout autant charmant…La beauté de la villa se traduit certes par son emplacement, mais avant tout par son toit richement sculpté, son jardin luxuriant comme écran, sa salle de bain à aire ouverte, ses charmants étangs, ses sculptures vivantes, son hangar à riz, ses lotus, ses lézards, ses fruits frais, ses instruments de musique, ses poissons, ses dragons volants…et aujourd’hui…

Le vent se lève doucement et apporte un peu de fraîcheur à notre journée. Les yeux rivés sur le jardin, les cheveux collés à la nuque, nous humons les odeurs de jungle, de fleurs.Ça sent la pluie…même les carpes rouges de l’étang se pointent le nez hors de l’eau comme si elles attendaient une pluie salutaire. Des papillons bleus cherchent un abri sous les cocotiers, les scarabées accélèrent le pas près des arbres fruitiers. Dans l’attente du déluge, nous observons la nature bouger au rythme du baromètre….nous tentons l’osmose avec cet environnement nouveau. Quelques gouttelettes glissent sur les statues de pierres jusque dans le bassin aux carpes et font des petits clapotis, au loin on entend le chant du coq. Si l’on prête attention un tantinet, c’est le son d’une cloche sourde et grave du gamelan qui surgit de nulle part….loin dans les terrasses de riz, au fond de la petite vallée….peut-être qu’elle appelle la pluie, cette eau, cet or bleu qui nourrit, nettoie, rassasie cette jungle en santé, ces champs de riz inondés, ces verts lime, pistache, absinthe, épinard, tilleul, jade, émeraude….à perte de vue sur l’île de Bali, ces pigmentations diverses qui caressent l’oeil du voyageur ébloui. Sans ce liquide si précieux à la vie, ce cadeau de mère Nature, Bali ne serait pas Bali! En sortant de notre hypnose verdâtre, les cumulonimbus gris prennent possession des lieux, le tonnerre gronde sous les planches de tek de la villa…Muscade notre chaton tacheté se réfugie sous nos pieds…le petit concerto de bruines fines s’amplifie le temps d’un crescendo jusqu’à la symphonie de pluie torrentielle. Écouter la pluie marteler le toit de la villa est un moment fort agréable, mais savourer cet instant en lisant un bon roman avec un thé vert javanais à la main…rien de mieux! Durant plus d’une heure, dure ce concert gratuit, et soudain tout s’arrête brusquement….les oiseaux blancs volent en bectant quelques grillons dodus, les libellules rouges se pourchassent de nouveau, les bébés varans déambulent sur l’herbe mouillée et les scorpions demeurent cachés… La vie à la villa est sereine grâce à son univers qui incite à la relaxation absolue…la villa Joglo est exceptionnelle par sa beauté, son histoire datant de plus de cent cinquante ans, sa pièce centrale aérée, son xylophone de bambou, ses gens qui y travaillent, mais surtout par la nature verte parsemée de fleurs d’une beauté exhaustive. Merci Mr.Phillips!

   

Laisser un message

Les champs marqués d'un * sont obligatoires