Nos récits

Dans les profondeurs du pays des merveilles….Bornéo seconde partie

Voici l’expérience d’une vie. Aller là, où la route ne va pas. Lorsque nous étions à Bali, on se disait à quel point ce serait excitant de s’y rendre, mais pour cela nous devions premièrement atteindre Bornéo pour ensuite reprendre un vol qui nous emporterait encore plus loin dans la jungle, au beau milieu de nulle part…Traversant les nuages et survolant l’étendue vierge, nous fûment parachutés sur un nid d’orchidées dans ce monde cachée de la Jungle…le Parc National de Gunung Mulu.

Pour s'y rendreSurvolant la Jungle

Titan de la forêt

En touchant le sol, nous savions que l’odyssée serait exceptionnelle. Toujours vêtus d’habits d’Indiana Jones, nous franchîmes le pont de bois suspendu, le coeur gonflé d’exaltation. Nous y étions! Le rêve de la vraie, intouchée et vierge Bornéo prenait son envol. Des papillons émeraude de dimensions surnaturelles virevoltaient au-dessus de nos têtes afin de nous montrer la voie vers un lieu secret, un endroit où il y a des milliers et des milliers d’années y abritait sûrement un être aux pouvoirs insolites…Un dragon aux ailes orangées, cracheur de flammes bleues…Après quelques kilomètres de marche, nous étions rendus devant la géante caverne de ce titanesque dragon…La Caverne du Cerf.

L'émeraude volante

Réputée comme étant la plus grosse caverne au monde par son entrée démesurée, elle y renferme maintenant araignées aplaties,poissons albinos et quelques quatre millions de chauves-souris. Torche à la main, nous avons pénétré l’intérieur obscur…stalagmites et stalactites géants parsemaient le chemin glissant, on était dans un autre monde. On pouvait entendre le ruissellement de l’eau creuser un peu plus les sillons rocheux ainsi que les tics-tics du radar des chauves-souris venant rôder près de nos corps. À la brunante, les cheiroptères offrirent le spectacle visuel de leur sortie nocturne…quatre millions de petites bêtes affamées sortant de leur cachette! Le ciel bleu se couvrit rapidement de larges sillons de petits points noirs tourbillonnants. Quelle image stupéfiante! Si une chauve-souris mange 400 moustiques en moyenne par jour…Combien de moustiques sont débarrassés de la jungle de Bornéo quotidiennement?….1 600 000 000! Et faites donc le calcul pour une année…

4 millions de chauves-souris

Durant notre séjour nous avons eu la chance de visiter quatre grottes toutes différentes les unes des autres. La grotte ‘des eaux claires’ fut le repaire de gnomes et d’elfes travailleurs de pierres précieuses, elle servait de réservoir d’eau pure cristalline avec ses 140 km de longueur et de cache aux trésors lumineux. Quant à la ‘grotte du vent’, elle rafraîchit par sa brise continuelle qui souffle sur ses parois arrondies. Aux dires des Indigènes, une libellule disproportionnée venait jadis sécher ses ailes dans les couloirs obscurs pour en ressortir avec des ailes saupoudrées d’or. Quant à la dernière grotte visitée, la ‘grotte de Lang’, nous y fîmes une excursion de deux heures dans les profondeurs révélatrices du sous-sol terrestre…Stalagmites et stalactites ne faisaient qu’un, semblant soutenir le lourd plafond rocheux…..d’autres, inséparables par le temps, mais dissociés par le présent s’échangeaient dans un mouvement métronomique leurs gouttes si précieuses à leur survie. L’écho du liquide glissant résonnait dans l’abysse de la caverne, seul ce bruit nous permettait de croire que nous n’étions point dans un rêve galactique. Comme notre planète est riche, surprenante….et si patiente, quand on pense au temps que peu prendre une stalactite à grandir d’un centimètre…..vingt ans!

fééries

xxx

Les insectes….saviez-vous que depuis notre visite de Mulu-Mulu, notre peur des insectes s’est pratiquement dissipée. Maude ne crie plus à la vue d’une araignée de 12 cm et Pierre-Alexandre touche de plus en plus malgré les conseils! Nous sommes presque rendus passionnés d’entomologie….Georges Brossard en serait fier! Chaque arbre contient son lot de petites et grosses bibites aux couleurs flamboyantes ou au camouflage stupéfiant. Les insectes étranges comme le fameux Phasme, l’insecte-branche qui a l’aspect d’une véritable branche ou le coléoptère trilobite au corps tout droit dessiné du créateur d’Alien somnolaient sur le feuillage humide. Ou encore des chenilles poilues décoiffées, des grillons géants prétentieux , des mantes religieuses sans-pitié, des coquerelles énormes récemment élues MissTitanesque, se pavanaient telles des stars d’Hollywood…..et que dire des papillons…les papillons…

Lézard translucide

Phasme Vert Insecte

Plus on avance dans la forêt, plus elle nous révèle ses couleurs, ses sons particuliers, ses créatures inédites… À Bornéo tout est pygmée ou géant! Et les amphibiens les plus toxiques de la planète s’y trouvent. Croiser leur chemin est toujours excitant, mais la règle d’or demeure primordiale…..REGARDER ET SURTOUT NE PAS TOUCHER! Durant une excursion sur une passerelle suspendue à plus de vingt-cinq mètres, nous avons eu la chance d’y croiser la vipère verte venimeuse. Elle avait décidé de nicher en plein milieu de l’étroite passerelle….nous avons dû attendre qu’elle se glisse dans un arbre afin d’y poursuivre notre marche vertigineuse. Cependant la rencontre la plus marquante fut celle du cobra, rapide et extrêmement venimeux, il nous a offert une brève manifestation d’une minute….une morsure donne la mort dans les trois heures….et le parc ne possède aucun antivenin! Génial!

...

Mulu fut un coup de coeur du début à la fin. Des excursions mémorables dans les verts sentiers bornéens peuplés de raretés , des sentiments d’irréalisme lors des découvertes souterraines, des apprentissages impensables sur les vertus de la végétation de Bornéo avec notre guide Andyson, véritable indigène d’un reculé village…mais c’est la dernière nuit qui fut véritablement utopique.

Imaginez-vous marcher, la nuit venue, dans un sentier étroit….écoutez les sons chimériques…et éteignez votre lampe. Et attendez…une….deux…cinq minutes…le sol noir s’illuminera de taches fluorescentes…oui oui…ce n’est guère des oui-dires, mais bel et bien des champignons fluorescents! Et si vous patientez plus longtemps, vous y verrez peut-être le lapin d’Alice vous indiquer le chemin.

À la tombée de la nuit...

Chimiluminescence Miracle Nocturne

Laisser un message

Les champs marqués d'un * sont obligatoires