Nos récits

Du Nil au Sahara

Fraîchement débarqués du train de nuit, nous avons pris la direction de la rive Ouest de Louxor….un soleil rose rayonnait sur les champs de bananiers, tout ce qui se révélait devant nous était verdoyant. Les fleurs odorantes planaient au-dessus de la route et le petit cours d’eau qui la jouxtait, cousin du Nil, invitait buffles, ânes et chevaux à s’y abreuver. À notre droite, une charette de foins frais tiré par un âne et un homme à tunique bleu, le sourire aux lèvres, à notre gauche, une pièce improvisée en salon de barbier ou jeune et moins jeune se rencontrent dès six heures du matin, après la prière. Notre hôtel était un jardin de fleurs, d’eau claire, ou repos était le mot d’ordre. Louxor s’est donc avéré être un paisible et idyllique lieu, un endroit parfait nous prédisposant au savoir pharaonique ! D’ailleurs, grâce à notre compétent guide, nous avons appris plus qu’on pouvait se l’imaginer concernant l’Égypte ancienne. Visiter un temple devenait non pas une visite, mais une obligation de bonheur. Et c’est lors de notre visite dans la Vallée des Rois (le lieu où étaient enterrés les pharaons) que notre curiosité devenue exponentielle. Le premier tombeau visité fut celui de Ramsès 4….un corridor descendait vers les profondeurs de cette nécropole, entourée des plus beaux hiéroglyphes et gravures colorés du temps de l’Égypte ancienne…Plus on descendait, plus on sentait une énergie nous entourer; le passé semblait se jouer sous nos yeux. C’est comme si nous pouvions ressentir les molécules accumulées depuis des milliers d’années…

Et tout au bout dormait le sarcophage en granite rose du pharaon. Ainsi de suite, nous avons parcouru les vestiges de 3 autres tombeaux…. Anubis, Isis, Horus, Mout, Shout, Konsoun, Amon-Ré, Osisris, Thot, Ptah accompagnaient les pharaons dans leur vie éternelle. Les colosses de Memnon, le très impressionnant Temple de Karnak avec sa majestueuse pièce hypostyle ornée, à l’époque, de 134 colonnes imitant des papyrus, le temple de Louxor et son allée de sphinx à tête d’hommes….que de moments mémorables agrémentés par notre guide francophone, Hassan. Finalement, nous clôturâmes le séjour par un paisible et magnifique vol en montgolfière au dessus des nécropoles pharaoniques. Un levé aux aurores nous a donc permis de voir le lever du soleil sur la vallée des rois, le temple d’Hasepthsoup et au loin le Sahara…on se sentait comme un ibis survolant l’Histoire…

Le voyage nous amena aussi à naviguer sur ce mythique Nil pour une durée de 4 jours. Nous nous sommes donc laissé porter par le MS Semiramis I à travers les riches berges fertiles de ce fleuve légendaire. Une autre vision de l’Égypte, plus douce, plus verte, plus chaude…les palmiers, les hautes herbes ou les Aigrette Garzette s’amusaient à virevolter au-dessus des buffles rassasiés. Les femmes aux djellabas colorées lavant leur vaisselle aux enfants se lançant à l’eau tout en nous envoyant la main. En remontant le fleuve, on admirait les paysages, les felouques honnêtes, le désert s’y près, comme s’il surveillait du coin de l’oeil, cette végétation agaçante. On se délectait à chaque visite de temple…nous savourions ainsi le Nil, nous savourions ainsi l’Égypte, cadeau du Nil.

….La journée suivant notre croisière se fit dans une toute autre atmosphère…Étant donné que nous devions traverser le désert afin de rejoindre Abou Simbel, le grand temple de Ramses II, nous quittâmes Assouan en plein milieu de la nuit (3 h 00 Am), escorté  par un convoi militaire. Le regard porté sur ces hommes armés et notre fatigue qui pesait, la nuit laissait place à cette vision tant vue du désert, du vrai, d’un Sahara en devenir. Et lorsque Midi sonna, l’incroyable vision de multiples mirages nous subjugua… Autour de nous, il n’y avait que des étendues d’eau et de magnifiques lacs….45 degrés, des illusions, du sable..du sable….du sable….SAHARA

 

Laisser un message

Les champs marqués d'un * sont obligatoires