Nos récits

Le Taj Mahal au Crépuscule

Il était une fois, un prince Moghol descendant de Gengis Khan nommé Shah Jahan, qui, un jour, tomba amoureux d’une vendeuse de cristaux de sucre. En voulant négocier le prix de ces cristaux qu’il croyait être des diamants, le prince de 16 ans découvrit le visage sublime de la charmante vendeuse, Arjuman Bano Begum. Fasciné par tant de beauté, il décida de l’épouser dans les jours qui suivirent. Elle changea alors son nom pour Mumtaz Mahal. Passant près d’une vingtaine d’années à la cours, elle mourut d’une hémorragie suite à l’accouchement de son dernier enfant (le 14ième). Lorsque Shah Jahan apprit la mort imminente de son amour, il accourut à son chevet. Agenouillé à ses côtés, il lui demanda alors son dernier souhait. Dans un ultime souffle, elle lui chuchota le désir qu’il construise un tombeau d’une grande beauté en témoignage de leur incommensurable amour. Lorsque l’impératrice ferma ses yeux, une larme coula et glissa sur sa tiède joue…En essuyant celle-ci , l’empereur Jahan s’en inspira afin d’édifier un mausolée à la hauteur de son amour. Pendant près de 20 ans, il fit ainsi construire le Taj Mahal. Le temps n’ayant en rien altéré la beauté éthérée du monument, le Taj semble appartenir à un autre monde…plus pur…plus blanc…plus en paix…plus léger…D’ailleurs, la foule de visiteurs n’arrive en rien à troubler l’ambiance indescriptible des lieux…Le Taj Mahal est réellement magique… à la hauteur du souhait de Mumtaz Mahal qui repose désormais avec son amour au creux de ce Blanc perçant.

En entrant par le portail donnant sur le Taj Mahal, après tant d’années à l’avoir vu dans les livres des merveilles du monde ou lors d’un de ces reportages X, on avait peine à croire que nous étions enfin là…devant le monument le plus romantique du monde…Le blanc miroitant sur le bassin d’eau nous fascinait et chaque pas vers l’apogée de mausolée nous rapprochait un peu plus près de cette Mumtaz Mahal…..Et bien assis sur le marbre, nous songions à cet amour scellé pour l’éternité…Le Taj Mahal au Crépuscule  était magnifique, la richesse des couleurs qu’arborait ce pourtant simple marbre blanc tenait parfois de l’irréel…Quel beau souvenir…Monument indétrônable du patrimoine de l’humanité.

 

 

Laisser un message

Les champs marqués d'un * sont obligatoires