Nos récits

Shiva, yoga et ganga…

Rishikesh, ville sacrée, nous accueillit le temps de se pauser un moment…question d’apprendre, de comprendre et de vivre au rythme des Sadhus, des cloches scintillantes, de la musique douce, des singes farceurs, des ashrams et de la fraîcheur du Gange. Repos, méditation, yoga, végétarisme, lecture…y perdant même une taille de pantalon…cette manière de vivre fut notre quotidien pendant 12 jours. Nous vivions ainsi, à la manière hindoue. Chaque matin, une séance de yoga hatha nous attendait, chaque respiration, chaque étirement, chaque position nous prédisposait à la légèreté…et après on ressentait le plein d’énergie. Le soir venu, sur le toit de l’Ashram, en compagnie des singes, une autre séance de yoga dite Ashtanga nous était enseignée…les mains pointées vers le ciel, on tentait l’équilibre dans la noirceur, le vent de la vallée accentuait la difficulté, c’était plus dynamique, les positions devenaient parfois impossibles.. Ne croyez pas que nous avons joué qu’au yogi!

Notre séjour fut rempli de ballades dans la jungle à la recherche d’éléphants et de paons sauvages, de promenades dans les rues aux teintes tibétaines, népalaises et indiennes bien sûr, de soupers de bienvenue chez notre hôte Hari…. Mais aussi de la cérémonie de l’Aarti au crépuscule en chantant Hare Krishna tout en saluant la présence du grand sage yogi de 103 ans avec près de 85 ans d’expérience comme maître yoga, Swami Yogananda…

Et à l’opposer du calme, nous nous réservâmes un après-midi cinéma question de comprendre le fameux Bollywood ou chaque indien cri et s’exclame de joie à la vue de leurs acteurs et leurs actrices préférés. Quelle expérience pour nous, qui n’exprimons que peu ou pas d’émotions durant les projections…Nous avons donc été surpris et enchantés de voir les danses suaves et énergiques et d’entendre les chansons de Jab Tak Hai Jaan.

Et comment oublier la très bruyante fête de Diwali, véritable festival de la lumière….des feux de Bengale dans les cafés en passant par les feux d’artifice et les pétards à mèches tournoyants dans les ruelles étroites remplies d’enfants excités courant après ces derniers.

Rishikesh fut reposante, ressourçante, mais surtout un endroit ou des rencontres inoubliables nous laissèrent le sourire aux lèvres…..Gherima la coquine aux yeux rieurs, Hari et son grand cœur, Ashu l’espiègle, Mamadji le mystérieux, Tibétaine et ses bols magiques….Et pour tout ceux qui nous on écrit dernièrement : Mais ou êtes-vous ?…et voilà, nous étions là-bas, assis en indien en fixant Shiva!

Hare Krishna

Laisser un message

Les champs marqués d'un * sont obligatoires